Une transe venue d’Afrique du Sud

Cela faisait plusieurs mois que j’attendais ce moment.

Hier, nous étions en transe, comme piégés en plein essorage d’une machine à laver à 2000 tours/minute.

BCUC nous a remué, retourné et à défaut de nous sécher, nous a mis en eaux. Quel moment ! Je n’avais pas vécu ça depuis le live de Jurassic 5 au Théâtre de la Mer de Sète.
Les sud-africains de Bantu Continua Uhuru Consciousness, aux rythmes énervés, nous ont livré du sauvage effleurant celui du punk. Les percussions (tambours et congas) guidées par une lourde basse et propulsées par des voix criantes et possédées ont emmené le public dans une intensité folle. Seule, la voix soul nous ramenait vers une autre réalité, plus douce, qu’on n’avait pour autant pas envie de quitter.

J’écoutais déjà régulièrement BCUC, cela se fera désormais d’avantage et je vous invite vraiment à suivre leur évolution.

Voici leur dernier clip dans les rues de leur ville d’origine, Soweto :